fbpx

AMÉLIORER LES RÉSULTATS SCOLAIRES PAR L’UTILISATION DE LA TECHNOLOGIE NUMÉRIQUE

AMÉLIORER LES RÉSULTATS SCOLAIRES PAR L’UTILISATION DE LA TECHNOLOGIE NUMÉRIQUE

ZUPdeCO vous propose la lecture d’un résumé du rapport publié en Mars par la Direction générale de l’éducation, de la jeunesse, du sport et de la culture (Commission européenne).

Ce rapport explore les facteurs qui influencent l’utilisation de la technologie numérique dans les écoles et se concentre particulièrement sur les innovations qui contribuent à l’amélioration des résultats d’apprentissage. L’hypothèse sous-jacente est que la numérisation représente l’un des plus grands défis et l’une des plus grandes opportunités du monde d’aujourd’hui et que les compétences numériques sont devenues essentielles pour vivre, travailler et apprendre au 21ème siècle.

Après tout, l’école n’existe pas seulement pour préparer la prochaine génération de travailleurs et on ne peut non plus attendre d’elle de résoudre tous les problèmes d’une société en constante mutation. Le rapport tente d’élargir les débats actuels sur l’utilisation de la technologie numérique au sein de l’école en posant les questions suivantes :

  • Comment la technologie numérique peut-elle soutenir et améliorer l’enseignement et l’apprentissage ?
  • Quels éléments facilitent une utilisation réussie de la technologie numérique dans l’enseignement scolaire ?
  • Quelles sont les conséquences pour les politiques éducatives, en ce qui concerne l’exploitation du potentiel de la technologie numérique dans l’école ?

Ce rapport s’appuie sur le rapport de l’OCDE de 2015, qui a contribué à poser un cadre à l’importance des changements récents et à l’impact des technologies numériques sur l’enseignement scolaire. Il soutient fortement l’OCDE lorsqu’il affirme que les liens entre les élèves, les ordinateurs et l’apprentissage ne sont ni simples ni innés et que les réelles contributions pouvant être apportées par la technologie doivent encore être pleinement réalisées.

Cependant, il existe un grand nombre de pratiques innovantes et il faut être réaliste sur ce que l’on peut attendre de l’école car il n’existe pas de solution unique et standardisée pour exploiter le potentiel des technologies numériques.

Un regard théorique guide le rapport, et comprend six éléments.

  • Premièrement, il est évident d’après la littérature que les technologies numériques ont le potentiel d’améliorer et de transformer les méthodes traditionnelles d’enseignement, d’apprentissage et d’évaluation. Bien que l’on observe des signes de changement, les pratiques pédagogiques continuent globalement de résister à l’innovation.
  • Deuxièmement, même si les technologies numériques soient prometteuses , la qualité et l’efficacité pédagogique et de l’appretissage qui en découlent dépendent fortement de la façon dont les enseignants utilisent la technologie dans les classes.
  • Troisièmement, de nouvelles technologies numériques telles que la réalité augmentée (RA) et l’intelligence artificielle (IA) voient constamment le jour, et elles ont clairement des conséquences importantes sur l’enseignement et l’apprentissage.
  • Quatrièmement, l’apprentissage optimisé par le numérique offre d’amples opportunités pour améliorer les résultats scolaires. Malgré ceci, et bien qu’il existe des exemples d’excellence, il n’y a que peu d’éléments factuels pour indiquer comment les écoles ont progressé dans l’adaptation de leurs modèles. · Cinquièmement, les modèles traditionnels d’enseignement et d’évaluation dominent encore le secteur et constituent des obstacles importants à des conceptions plus larges des résultats scolaires, bien qu’il existe là aussi des preuves d’évolution.
  • Sixièmement, il est particulièrement difficile d’établir un lien direct de cause à effet entre pédagogie et interventions de la technologie.

Le rapport est ainsi conscient des nombreux facteurs conjoncturels déterminant la réussite et du risque d’effectuer des inférences causales. La relation entre la pédagogie et les interventions technologiques est à la fois contextuelle et dynamique, le rôle de l’enseignant étant crucial dans la détermination de l’utilisation faite de la technologie numérique dans l’enseignement scolaire. Le rapport décrit ensuite la nature de la société numérique d’aujourd’hui. Il aborde et critique la fiabilité de nombreuses affirmations tenues pour acquises concernant un certain nombre de thèmes : la nature changeante du travail, le concept de « génération Y », le large spectre des activités d’apprentissage, des ressources et des offres pédagogiques, le rôle changeant des enseignants et des élèves, et l’impact potentiel des technologies nouvelles et émergentes.

Il soutient qu’il existe un certain nombre de mentalités ou de points de vue concurrents et coexistants ayant un impact sur la pression faite aux écoles d’utiliser les technologies numériques. Le rapport affirme que les mises à disposition des technologies numériques diffèrent selon la technologie et les contextes éducatifs dans lesquels elles sont utilisées.

Il soutient que l’utilisation des technologies numériques dans les écoles ne représente pas une entité unique, que le contexte éducatif actuel est complexe et dynamique et que les technologies numériques ajoutent à cette complexité. En d’autres termes, il existe un environnement complexe des technologies numériques dans les écoles. Plusieurs cadres pour une pédagogie efficace et innovante sont décrits et le rapport affirme qu’il n’existe pas de modèle unique pédagogique ou théorique en termes d’accompagnement de l’utilisation réussie des technologies numériques à l’école.

Un point encore plus important est que l’adoption d’approches éducatives centrées sur l’apprentissage cherchant à intégrer les technologies numériques au cœur des programmes scolaires nécessite un mélange volontaire de pédagogies répondant aux interactions complexes entre le contexte particulier, la nature des élèves, les intentions d’apprentissage, les cultures des disciplines etc.

En ce qui concerne l’avenir de l’apprentissage, le rapport décrit un certain nombre de développements nouveaux et émergents au sein des technologies numériques qui pourraient contribuer à réinventer les programmes scolaires. Il soutient qu’à l’avenir, les étudiants apprendront probablement dans une variété de contextes formels, non-formels et informels, avec une fuite digitale en hausse au sein des différents lieux et espaces d’apprentissage.

Des exemples de moyens par lesquels les technologies numériques pourraient fournir des environnements d’apprentissage engageants sont présentés, ainsi que des scénarios pour l’avenir. Le rapport expose les opportunités potentielles offertes par la technologie mais affirme que le secteur est encore dominé par des effets de mode, par l’espoir et la déception. Un message clé tout au long du rapport est que le rôle de l’enseignant est essentiel à la conception, à l’exécution et au soutien efficaces des interventions d’apprentissage. À cet égard, le rapport confirme l’importance et le rôle central de la formation des enseignants à l’exploitation du potentiel éducatif des technologies numériques. Certains principes de la Formation Professionnelle des Enseignants (FPE) sont présentés, ainsi que l’importance d’aborder les mentalités des enseignants ou leurs convictions pédagogiques si l’objectif est d’aller au-delà d’un simple apprivoisement des technologies numériques basées sur des pratiques traditionnelles. Le débat sur les freins et les catalyseurs illustre bien le fait qu’il n’existe pas de réponse simple pour dépasser les raisons pour lesquelles les écoles et les enseignants ne se saisissent pas pleinement des opportunités rendues possibles par les nouvelles technologies numériques.

Une leçon sans doute importante à retenir est qu’il serait bénéfique pour les décideurs et les spécialistes de l’éducation de cadrer plus explicitement le débat autour de l’utilisation du numérique pour régler les problèmes concrets rencontrés par les enseignants, plutôt que de tomber dans le piège de la promotion des solutions numériques pour identifier ces problèmes. Le rapport conclut par une série de principes clés en lien avec les questions posées lors de cette recherche :

  1. La recherche relative aux technologies numériques au sein de l’école doit mieux tenir compte de la complexité de l’environnement d’apprentissage. Une compréhension approfondie et nuancée de la manière dont les mises à disposition des technologies numériques soutiennent les choix pédagogiques est nécessaire afin d’améliorer les résultats scolaires.
  2. La conception d’apprentissages à l’aide de technologies numériques devrait promouvoir une variété d’approches pédagogiques qui soutiennent réellement les besoins des élèves, les résultats scolaires, les exigences des disciplines et les contextes éducatifs et institutionnels.
  3. Les mentalités des enseignants déterminent la mise en œuvre de la technologie. Les opportunités de formation professionnelle doivent encourager les enseignants à s’engager dans une réflexion critique sur leur pratique, afin de les aider à bénéficier des opportunités offertes par les technologies numériques.
  4. L’évaluation doit soutenir un apprentissage approfondi. Le cas échéant, les technologies doivent être intégrées à l’ossature de l’évaluation formative et sommative, y compris aux examens finaux, afin de soutenir un apprentissage actif, authentique et ayant du sens.
  5. L’encadrement et les cultures institutionnelles ont d’importantes répercussions sur le changement. Les facteurs institutionnels connus pour influencer la réussite de la mise en œuvre des technologies devraient faire l’objet d’une formation professionnelle ciblée pour les responsables éducatifs et être largement partagés au sein de leurs communautés de pratique existantes.
  6. Recentrer l’attention sur l’éducation pour le futur. Les politiques futures conçues afin de permettre une utilisation efficace des technologies numériques dans l’enseignement scolaire doivent éloigner les échanges actuels du langage de l’éducation dans le changement et se concentrer sur l’éducation pour le changement, avec un horizon à plus long terme.

Auteurs : Beblavỳ, Miroslav;  Brown, Mark;  Conole, Gráinne

EN SAVOIR PLUS

—————————–

—————————–

Ils se mobilisent pour le Défi de l’orthographe

Bénévolat

Pourquoi les étudiants font-ils du bénévolat ?

Comment parrainer un collégien près de chez vous ?

Ils s’engagent sur Internet 10 mn par semaine

VSC

Service Civique : L’expérience qui transforme !

Inégalités sociales à l’école : est-ce une fatalité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *