fbpx

« EN FRANCE, L’ORTHOGRAPHE SERT À SE DISTINGUER SOCIALEMENT »

« EN FRANCE, L’ORTHOGRAPHE SERT À SE DISTINGUER SOCIALEMENT »

Pour l’historien Claude Lelièvre, spécialiste du système éducatif, l’orthographe est une passion récente que les Français se plaisent à entretenir.

L’historien Claude Lelièvre, spécialiste du système éducatif, revient sur la polémique qui oppose, depuis deux semaines, le ministère de l’éducation nationale à l’Académie française sur des « rectifications » orthographiques remontant à 1990.

La polémique sur cette « réforme » de l’orthographe qui n’en est pas une – puisque les rectifications proposées il y a un quart de siècle demeureront, à la rentrée prochaine encore, facultative – vire à la guerre de position. A-t-on connu de pareilles crispations en 1990 ?

On ne peut le nier. A l’époque, déjà, François Bayrou avait fait entendre son opposition aux rectifications orthographiques formulées par le Conseil supérieur de la langue française et défendues par le secrétaire perpétuel de l’Académie, Maurice Druon. M. Bayrou, qui n’était pas encore ministre de l’éducation [il le sera de 1993 à 1997], avait rassemblé autour de lui un petit groupe d’« anti », sous l’appellation « Le Français libre », regroupant des personnalités aussi diverses que Michel Tournier, Alain Finkielkraut… Sur la scène médiatique, d’autres intellectuels – Georges Wolinski, Jacques Vergès – s’étaient aussi positionnés contre. Dans l’autre camp, des acteurs de la francophonie, des associations de traducteurs réclamaient ces simplifications.

Réforme ou « réformette » : comment percevez-vous les changements introduits ?

Le texte approuvé par les Immortels, en janvier 1991, entend sauver l’essentiel des rectifications soumises à un premier vote en mai 1990 (et voté à l’unanimité… des présents), mais avec souplesse et sans obligation : les changements orthographiques ne passeront pas par des mesures coercitives, l’usage devra l’emporter… On joue la montre, on donne du temps au temps, soit. Mais l’école peut-elle enseigner du facultatif ? Je doute qu’il soit possible que cela donne des résultats tangibles.

Lire la suite de l’article sur le site Le Monde

EN SAVOIR PLUS

—————————–

—————————–

Ils se mobilisent pour le Défi de l’orthographe

Bénévolat

Pourquoi les étudiants font-ils du bénévolat ?

Comment parrainer un collégien près de chez vous ?

Ils s’engagent sur Internet 10 mn par semaine

VSC

Service Civique : L’expérience qui transforme !

Inégalités sociales à l’école : est-ce une fatalité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *